Accueil Plan du site Contact Mentions légales

MIKHAIL LARIONOV

La voie vers l'abstraction

Biographie de
Mikhaïl Larionov
1912

Suite : 1913 »
Mikhail Larionov, Vénus

Mikhail Larionov,
Vénus

1912
Janvier : deuxième exposition de l’association « Valet de carreau » à laquelle participent les frères Bourliouk, Alexandra Exter, Vassily Kandinsky, Piotr Kontchalovski, Alexandre Kouprine, Nicolai Koulbine, Aristarkh Lentoulov, Ilya Machkov, mais Larionov et ses amis n’en font plus partie. La participation occidentale à ce salon moscovite en fait à ce moment la plus grande exposition d’art moderne en Russie. La création française est illustrée par Derain, Van Dongen, Matisse, Picasso, Gleizes, Le Fauconnier, Léger (dont l’importante composition « Essai pour trois portraits » fut présentée au Salon d’Automne de 1911), l’expressionnisme allemand brille grâce aux œuvres de Ernst Ludwig Kirchner, August Macke, Franz Marc, Max Pechstein, Gabrielle Münter.

La Queue de l'Âne
Mikhaïl Larionov, Le Héros du Valet de Carreau

Février : L’association « Valet de Carreau » organise un débat public consacré à la nouvelle peinture. David Bourliouk présente la première interprétation russe du cubisme. Larionov et Gontcharova interviennent pour se démarquer nettement du « Valet de Carreau ». Ils affirment avec panache que leur création évolue en toute indépendance du cubisme parisien (ce qui reste vrai pour Larionov mais non en ce qui concerne Gontcharova). À la galerie Hans Goltz de Munich, une œuvre de Larionov figure à la deuxième exposition du « Blaue Reiter ».

Mikhaïl Larionov, Portrait du Chef

 

Mars : Du 24 mars au 21 avril, le groupe larionovien « La Queue de l’Âne » présente à Moscou une exposition de peintures. Larionov y inclut trente-neuf œuvres de type « primitiviste » où domine la thématique militaire (soldats, caserne). Ses œuvres rayonnistes ne figurent toujours pas au catalogue. Les autres participants sont Georges Le Dantu, Malewicz, Matveis (Vladimir Markov), Alexeï Morgounov, Alexandre Chevtchenko, Vladimir Tatlin, Marc Chagall. Les œuvres de Gontcharova déclenchent un scandale qui entraîne la fermeture momentanée de l’exposition, la censure considérant inconvenant que des œuvres aux sujets religieux soient montrées à une exposition portant le titre « La Queue de l’Âne ».

Fidèle à sa conception d’une avant-garde en perpétuelle mutation, à l’issue de l’exposition Larionov dissout le groupe « La Queue de l’Âne » et, dans une interview, annonce que cette décision a pour but de parer à toute institutionnalisation de l’avant-garde.

Chacune des expositions organisées ultérieurement par Larionov portera un autre titre.

Mikhaïl Larionov, L'été

L’année est également marquée par sa collaboration avec le poète Kroutchenykh avec lequel il réalise plusieurs plaquettes lithographiées : « Pommade » (publiée en février 1913), Poluzhivoj (À demi-vivant, également février 1913), Starinnaja ljubov (Amour d’antan, octobre 1912) (la dernière plaquette contient les premières lithographies rayonnistes). Avec Vladimir Tatlin, Natalia Gontcharova et Nikolai Rogovine, il illustre le livre de Kroutchenykh et Khlebnikov, Mirskon’ca (Le-Monde-à-l’envers, décembre) dont la couverture comporte le premier collage dans l’art du livre en Russie. Le collage réalisé par Gontcharova est différent pour chaque exemplaire.

Décembre : Deux œuvres rayonnistes, « Verre (procédé rayonniste) » et « Étude rayonniste » sont présentées à Moscou dans le cadre du salon annuel du « Monde de l’art », exposition plutôt « passéiste » qui sera montrée en janvier 1913 à Saint-Pétersbourg et en février à Kiev.

Mikhaïl Larionov, L'automne
Haut de page