Accueil Plan du site Contact Mentions légales

MIKHAIL LARIONOV

La voie vers l'abstraction

Mikhaïl Larionov :
Décontracté/
Entspannung
pastel/Pastell
19,7 x 23 cm
Cat. n° 9

Les filles de joie »

Mikhaïl Larionov : Après-dîner (n° 9)

Mikhaïl Larionov, Scène de maison close

Mikhaïl Larionov,
Scène de maison close

 

Illustré page 119 du catalogue.

Parmi les pastels représentant des scènes de maisons closes, on trouve au milieu du pastel n° 9 un personnage représenté de profil. Le profil bien  caractéristique de ce personnage masculin est marqué par un nez proéminent. La même  personne (plutôt âgée) figure dans une autre œuvre de Larionov qui semble appartenir à la même thématique de maisons closes. L’œuvre en question 1 est conservée au musée régional de Serpoukhovo (région de Moscou) 2 . La provenance des œuvres de Larionov et Gontcharova qui se trouvent dans  cette collection publique est bien documentée ; son origine est fort semblable à celle indiquée ici pour l’ensemble des œuvres de l’exposition de 1987.
La série des scènes de maisons closes a été reçue comme l’ensemble des œuvres présentées à Francfort, avec enthousiasme. Elle a été critiquée en avril 1988 par les rares historiens d’art qui se sont exprimés à Genève comme « peu vraisemblable » (Ne craignant pas le ridicule d’autres ont suggéré qu’il s’agirait d’œuvres de Ivan Larionov, le frère de Mikhail,  personnage dont on connait moins qu’une dizaine d’œuvres d’une qualité nettement inférieure, si  non  incomparable à celle de Mikhail Larionov…).

La thématique des « maisons closes » est commentée par Kovalëv dans son livre publié à titre posthume en 2005 (page 21). Cet auteur rappelle que les sujets de ces scènes de « débauche » avait, dès 1902, attiré sur Larionov la foudre de ses professeurs qui avaient critiqué de pareilles scènes pour leur « contenu indécent », « trop libertin ». Les personnages représentés sur les pastels de la série des « maisons closes » figurent sur d’autres œuvres de Larionov, tel un tableau de la succession de l’artiste, et qui aujourd’hui fait partie de la collection de la Galerie Trétiakov 3 . En Europe Centrale et de là en Russie, la thématique des maisons closes connut au cours des années 1908-1912 une vogue tout à fait particulière, ce en raison de la diffusion de certaines séries de films érotiques qui circulèrent librement à cette époque, ce jusqu’à leur interdiction en 1912. Il est donc possible que Larionov s’en est directement inspiré, sans pour autant être un visiteur assidu de ce type d’établissements…

 

Mikhaïl Larionov, Joueurs de cartes

Mikhaïl Larionov,
Joueurs de cartes

Exposition de Nathalie Gontacharova et Mikhaïl Larionov au Musée de Serpoukhovo

Technique mixte gouache et tempera sur papier, dimensions 14,5 cm x 22 cm. Une autre peinture de cette série se trouve aujourd’hui dans la collection de la Galerie Tretiakov, cf. Larionov. Gontcharova Chedevry iz parzhskogo nasledija (chefs-d’œuvres de l’héritage parisien), cat. d’exp. Moscou, 1999 – « Joueurs de cartes », ca. 1904, ill. p. 40.

Le fond de ce musée a été constitué par apports successifs à partir de 1924 par des transferts provenants des dépôts de l’État. Les œuvres de Larionov et Gontcharova ont fait l’objet d’une exposition monographique. Voir le catalogue Mikhail Larionov i Natalia Gontcharova : zhivopis i grafika iz fondov muzeja (Larionov et Gontcharova : peinture et œuvres graphiques des fonds du musée) Serpoukhovskij istoriko-hudozhestvennyj muzej (Musée historique et artistique de Serpoukhovo) Serpoukhovo, URSS, 1987 (dépliant de 16 pages). En raison de sa localisation et de la nature des œuvres conservées, cette collection était peu connue avant la « Perestroïka », c’est-à-dire avant l’exposition de 1987-88.

Joueurs aux cartes, ca. 1904 huile/toile cf. Mikhail Larionov - Natalija Goncharova. Shedevry iz parizhskogo nasledija. Zhivopis ( Mikhail Larionov – Nathalie Gontcharova. Chefs-d’œuvre de l’héritage parisien) cat. d’exp. Moscou, Galerie Tretiakov, 1999, cat. n° 9, ill. p. 40.

Haut de page