Accueil Plan du site Contact Mentions légales

MIKHAIL LARIONOV

La voie vers l'abstraction

Mikhaïl Larionov :
L'éléphant/
Der Elefant
pastel/Pastell
18,9 x 18,2 cm
Cat. n° 24

Vers le rayonnisme »

Mikhaïl Larionov : L'éléphant (n° 24)

 

Contrairement à ce que l’on pourrait penser au premier abord, ce pastel représente une scène de carnaval et l’éléphant que l’on voit sur la scène n’est pas un animal  authentique mais il s’agit d’une représentation scénique où l’éléphant est simulé par deux acteurs couverts d’une toile, la forme imitant celle d’un éléphant. Je dois ces explications à ma regrettée collègue Dora  Kogan, qui à la fin de l’été 1988 m’a envoyé plusieurs lettres avec des commentaires relatifs aux œuvres de Larionov présentées à Francfort et à Genève. Je cite ici un extrait de sa lettre datée du 6 septembre 1988 :

« Je suis tombée dans mes vieilles notes sur cette intéressante information d’un journal qui se rapporte de toute évidence à l’année 1911. Malheureusement, je ne peux pas définir avec précision de quel journal provient la coupure de presse en question ; le plus probablement, il s’agit de  Obozrenie Teatrov (la Revue des Théâtres). Voici le texte : 

« Bals, mascarades au Petit Théâtre… L’ambiance (…) de la salle a été continuellement chauffée par Sladkopevtsev, personne qui est depuis longtemps reconnue comme « l’âme de la société ». Il était physiquement et mentalement soutenu par Ourvantsev et par un gramophone.
 En voyant que le public qui venait du buffet dans la salle était déjà arrivé à l’éléphant blanc, les organisateurs ont introduit sur la scène un éléphant blanc grandeur nature. Sous la direction de son dresseur Sladkopevtsev, l’éléphant a montré qu’il n’était en rien inférieur à l’éléphant de Vl. Dourev qui se produit à ce moment même à Pétersbourg. Deux charmantes vendeuses d’éléphants blancs sont apparues dans la salle (…)  tout le monde les achetait en tant que souvenirs. »

Dora Kogan continuait sa lettre avec le commentaire suivant :
« Ne se pourrait-il pas que le pastel n° 24 soit lié à cette représentation au Petit Théâtre (Souvorinskoj) ? N’est-ce pas l’éléphant représenté ainsi que la personne qui le chevauche : C’est de toute évidence un costume de carnaval couvrant deux ou trois personnes à la fois. »

Illustré page 101 du catalogue.

Haut de page